Patrimoine naturel

Natura 2000

La Commune d’Ornon est concernée par deux sites Natura 2000 : celui des « forêts, landes et prairies de fauche des versants du Col-d’Ornon » et celui des « landes, tourbières et habitats rocheux du massif du Taillefer ». Cela représente 93 % de la surface de la commune d’Ornon, qui est donc centrale pour la politique Natura 2000 de préservation des habitats et espèces d’intérêt communautaire.

Lacs de l'Agneau et Noir © Parc national des Ecrins

On rencontre sur ce secteur des lacs, des tourbières, des marais d’altitude, des landes, des prairies, des pelouses alpines, des falaises, des éboulis mais également des milieux forestiers alluviaux à Aulnes blancs, des prairies de fauche encore entretenues, des alpages d’intersaison et plusieurs massifs forestiers à Hêtres…

Cette diversité de milieux est le support de plantes rares :

  • le Sabot de Vénus, l’Ancolie des Alpes, la Laîche des tourbières, la Rossolis à feuilles rondes, le Saule à feuilles de myrte, la Racine de corail, le Sainfoin de Boutigny, la Gesse jaune ;

et d’espèces animales remarquables :

  • de mammifères : le Murin à oreilles échancrées, le Grand Murin, le Lièvre variable, le Lynx ;
  • d’amphibiens et reptiles : le Triton alpestre, la Grenouille rousse, le Lézard vivipare ;
  • de libellules et papillons : l’Aeschne des joncs, la Cordulie métallique, le Damier de la Succise.

Triton alpestre © Parc national des Ecrins

La présence de ces habitats et espèces remarquables implique :

  • de faire connaître leur caractère exceptionnel auprès des acteurs du territoire à travers un comité de pilotage qui coordonne la mise en œuvre de l’animation Natura 2000. C’est le premier pilier de la politique Natura 2000 qui vise à protéger par voie de concertation ;
  • de protéger par des actions de contractualisation, qui prennent la forme :
  • de contrats Natura 2000, établis entre l’État et une personne physique ou morale et dont la mise en œuvre donne lieu à une rémunération (par exemple, l’aménagement d’accès pour limiter l’impact de la fréquentation sur les milieux naturels : fermeture de sentes, pose de panneaux explicatifs,…) ;
  • de la signature d’une charte Natura 2000, qui correspond à des engagements de bonnes pratiques, ne générant pas de surcoûts mais concourant aux objectifs du Document d’Objectifs (DOCOB). Cette charte ne donne pas lieu à rémunération, mais ouvre droit à une exonération de la taxe foncière sur le foncier non bâti ;
  • de protéger par voie de prévention. Il s’agit du volet réglementaire de la politique Natura 2000 : l’évaluation d’incidences Natura 2000, prévues par l’article 6 de la Directive Habitats-Faune-Flore. Son objectif est de vérifier la compatibilité d’une activité avec les objectifs de conservation des sites Natura 2000.

Pour mieux connaître ces outils, vous pouvez :